mercredi 17 février 2010

Rapport des journées de réflexion sur le transport : Consternant !

Consternant, navrant, accablant. Les adjectifs ne manquent, malheureusement pas, pour qualifier le rapport final des journées de réflexion sur le sous-secteur des transports. Du point de vue de la forme, tout d’abord. Préfacé par le directeur général des transports terrestres, en personne, qui souligne avoir, lui-même, «procédé à une dernière lecture» – quel aveu, Seigneur des (in)compétences! – et «exploité toutes les notes de synthèses», le rapport énumère, sur dix pages, une litanie de vœux, à peine ordonnée par la répartition initiale des travaux sur trois ateliers et truffée de fautes de français: «notes de synthèses réalisés; véhicules à attraction animale; société de transports de personnes structurée; étendre les routes; empêcher les étrangers à; attribuer un cite au MET; assortir les de création de gares routières d’un cahier de charges», etc. On a honte de voir, ainsi, divulguée, à tout public, l’indigence linguistique de notre administration, incapable de se payer le concours, minimal, d’un correcteur…
Du point de vue du fond, ensuite. On cherche ainsi, désespérément, «le bilan, à mi-parcours, de la réforme», un des objectifs des journées pourtant claironné, haut et fort, par le ministre, à l’ouverture de celles-ci. On s’étonne, également, de la totale absence de recommandations concernant la circulation des poids lourds, de 7 heures du matin à 22 heures le soir – une des plaies, notoires, de la circulation en centre-ville – alors que douze de ces recommandations s’obnubilent sur la problématique des véhicules à traction animale. A la lecture de celles-ci, on comprend, aisément, que les charretiers, à contrario des gros commerçants, n’ont pas été invités à la démarche participative, tant claironnée, elle aussi, par les chantres de la Mauritanie rectifiée, ministre de l’Equipement et des Transports en tête. Aucune des ces «pertinentes» recommandations ne fait, en effet, état de l’inadaptation des structures routières à la circulation des véhicules à traction animale, insistant, lourdement, par contre, sur l’inadaptation des charretiers aux structures existantes. Président des pauvres, jetez un coup d’œil là-dessus: vous devriez être édifié sur la profondeur des déclarations populistes de votre administration. En tout cas, nous, nous le sommes…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire