dimanche 14 mars 2010

Quelle indécence!

Dans une émission consacrée à l’arabité de la Mauritanie, la chaîne sattelitaire Al Jazeera a invité deux jeunes docteurs et un doyen du barreau mauritanien, maître Mohameden Ould Ichidou. Malheureusement, de l’avis de beaucoup de téléspectateurs nationaux, la tribune, offerte par cette éminente chaîne de TV, de notoriété mondiale, n’a été qu’une occasion de laver le linge sale en public. Heureusement que l’expérience, la modération et la grande culture de maître Ichidou ont permis de recentrer les débats et de présenter, assez objectivement, l’Histoire. En termes à peine voilés, qui frisaient la haine, le mépris et le racisme, le docteur Hamahoullah a développé des théories négationnistes, indignes du titre d’homme de culture qu’il prétend être. Ses sorties ont été, à chaque fois, un appel cinglant à une Mauritanie exclusivement arabe. Tout comme ses critiques, acerbes et abusivement subjectives, du père de la Nation, feu Moktar Ould Daddah, et de ses choix, ne trahissaient que des non-dits, liés à des considérations anachroniques. A l’exception des interventions bienfaitrices du doyen Ichidou, le débat fut de fort basse facture, donnant, certainement, une fort mauvaise image de nous, au monde arabe dont nous nous prévalons tant. Mais il a eu, quand même un mérite: celui de démontrer l’opposition entre deux époques, symbolisées par deux écoles. L’une, celle de maître Mohameden et de ses pairs, caractérisée par la compétence, la mesure et le patriotisme. L’autre, celle de docteur Hamahoullah et les «nouveaux hauts et grands cadres, super-docteurs en tout», caractérisée par l’incurie, l’exagération et le repli sur soi. En définitive, la République Islamique de Mauritanie doit être fière de ses différentes composantes dont la diversité de cultures constitue un kaléidoscope inégalable de valeurs humaines, tirant leur source commune de l’Islam, religion de tous les Mauritaniens. Les extrémistes de tout bord sont le principal danger de la Nation. La Mauritanie nouvelle, celle de la fraternité, du bonheur et de la justice sociale est un rêve qui ne se réalisera que grâce aux Arabo-berbères et aux Négro-Africains réunis. Le mauritanien-type, et, certainement, le plus anciennement attaché à cette terre, est un négro-berbéro-africain arabe. Et l’on rappellera, ici, cette belle sentence d’un lauréat du prix Chinguitt, en 2006: «Les espaces musulmans sont des espaces transethniques, transraciaux, et, certes plus relativement, transreligieux, caractérisés par une agrégation culturelle forte, mais non exclusive, autour de la langue arabe.» Pour beaucoup, cela va sans dire. Mais, pour d’autres, cela va mieux en le disant…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire