samedi 3 mai 2014

Editorial : De grâce, avancez !



Le dialogue est fini. Suspendu puis rompu.  Deux semaines durant, nous n’avions d’yeux que pour ce qui se tramait au Palais des congrès. Des chamailleries sur qui ouvrirait les débats. Des discussions à n’en plus finir sur qui représenterait le gouvernement. Et des débats, interminables, sur de multiples pierres d’achoppement qui les ont empêchés d’aller plus loin.  Avant que l’opposition ne s’avoue « vaincue » et ne se décide à déposer les armes. Certes, il serait facile d’accabler une opposition victime de ses divisions, de ses errements, de ses mauvais choix et de son absence de vision à court terme. Mais le pouvoir, aussi, porte une grande part de responsabilité dans cet échec. Fort de son emprise sur l’Etat, Ould Abdel Aziz aurait pu lâcher du lest. Il avait tout à gagner dans une élection consensuelle et transparente. Mais, jamais, depuis son élection en 2009, il n’a donné l’impression de vouloir véritablement discuter avec son opposition. Si l’on exclut le dialogue de 2011 où des avancées – importantes comparées à ce qui prévalait auparavant – ont été obtenues. De la poudre aux yeux, selon l’opposition radicale. Avec un peu de bonne volonté de part et d’autre, on aurait pourtant pu faire l’économie de tous ces dialogues et passer aux choses sérieuses. Le pays a trop de difficultés pour continuer à se perdre ainsi en conjectures. Qui ne l’avancent pas d’un pouce vers le règlement d’une crise politique qui commence, sérieusement, à lui empoisonner la vie.
Alors, messieurs de la majorité et de l’opposition, de grâce !, retrouvez-vous autour d’une table, discutez de nouveau, projetez-vous vers l’avenir et pensez, une fois au moins, à ces pauvres citoyens qui crèvent la dalle, dans un pays pourtant riche en potentialités ! Mais si pauvre de sa classe politique…

P.S. qui n’a rien à voir
Pourquoi Ould Bilal a-t-il été limogé ?
La nouvelle a surpris plus d’un. Lors de sa dernière réunion, le Conseil des ministres a décidé le limogeage de Mohamed Ould Bilal, le directeur général de la SOMELEC. Sans donner d’explications. Ould Bilal, qui occupait le poste de ministre de l’Equipement sous Sidioca, avait été rapidement récupéré, après le coup d’Etat d’août 2008 par MOAA qui en fit le directeur de la SAMIA, d’ATTM et, enfin, de la SOMELEC. On les disait même proches. Comment expliquer, alors, ce qui s’apparente à une défenestration ? S’il s’agissait d’un problème de gestion, on aurait pu le dire, à titre d’avertissement aux apprentis-gabegistes visibles encore un peu partout. Cela conforterait, également, l’idée que la lutte contre la gabegie n’est pas un vain mot. Mais tout cela n’est encore qu’une hypothèse parmi d’autres. Attendons voir…
Ahmed Ould Cheikh

Aucun commentaire:

Publier un commentaire