lundi 3 avril 2017

Editorial: Boutons le jusque-au-boutiste!

Cinq jours après le coup de sabot du Sénat, qui a rejeté, à une large majorité, les amendements constitutionnels proposés par le pouvoir, Ould Abdel Aziz est monté aux créneaux. Alors qu’il pouvait laisser le Premier ministre ou le président du parti-Etat réagir, après cette monumentale déculottée, il a préféré dire, lui-même, ce qu’il a sur le cœur. Visiblement décontenancé mais tentant, sans grand succès, de garder son calme, il a d’abord commencé par régler leurs comptes à ces sénateurs « traîtres » qui ont osé aller à l’encontre de ses désirs. Après l’avoir, pourtant, assuré de leur indéfectible soutien. Comme quoi, en politique… N’empêche ! Ces amendements, qui les font jaser et les feront disparaître, seront proposés, au peuple, par referendum, quitte à tordre le cou à la Constitution. Certes, l’article 38 prévoit que le président de la République peut consulter le peuple, pour « toute question d’intérêt national » mais toute modification du texte fondamental est verrouillée par les articles 99, 100 et 101. Les exégètes du Droit constitutionnel n’y peuvent rien. Mais, de cela, notre rectificateur en chef n’a cure. Il a décidé, ça se fera. Même si le peuple désapprouve, il restera droit dans ses bottes. N’est-il pas de la trempe de ceux qui ne sont « pas faits pour démissionner ou pour échouer », comme il s’est défini lui-même, lors de son show télévisé de mercredi dernier. Un qualificatif nouveau qu’il faut désormais ajouter au vocabulaire azizien, déjà assez riche en redondances, contre-vérités et propos peu amènes à l’encontre de ses opposants et contradicteurs.
Le referendum sera, donc, organisé dans quelques mois. Il faut s’y faire. Notre guide éclairé en a décidé ainsi. Avec, peut-être, moins l’objectif de faire passer « ses » amendements que de discréditer ceux de la Transition, via le déni de l’article 99… Troisième mandat, troisième mandat, quand tu nous tiens… Mais en quoi ces supputées combines nous feraient-elles sortir de l’ornière ? Régler notre crise politique ? Réduire notre endettement ? Faire baisser les prix ? Améliorer notre système éducatif ? Sortir notre santé de l’agonie ? A quoi bon jeter six milliards par la fenêtre, quand on en tant besoin ? Où est dans l’urgence, dans le changement de l’hymne national ou l’ajout de deux bandes rouges au drapeau national ? Le pays n’a-t-il pas d’autres priorités ?
Il faut galvaniser nos intellos, hommes d'affaires, banquiers, hauts cadres et hauts fonctionnaires : c'est plus urgent et payant que chercher à deviner ce qui se passe dans la tête de notre putschiste invétéré. C’est vraiment l'urgence du moment, après le vote des sénateurs et la rencontre de Son Altesse Ego 1er  avec la presse : mobiliser l'élite en « l'interpellant violemment ». N’eût été la lâcheté de notre gratin national, Ould Abdel Aziz n'aurait osé seulement envisager de tordre le cou à la Constitution. Boutons le jusque-au-boutiste ! Laissons l’homme du 8 Août à sa quête angoissée de débouchés existentiels et organisons-nous, calmement, pour le pousser méthodiquement, inexorablement dehors : le plutôt sera le mieux, pour le pays et sa stabilité.
                                                                        Ahmed Ould Cheikh

Aucun commentaire:

Publier un commentaire