jeudi 7 avril 2011

Editorial : La vie est un choix

Depuis quelques mois, des affaires d’esclavage ou d’«exploitation de mineures», selon la version officielle, défraient la chronique, avec, à la clé, descentes chez des familles accusées, par certaines ONGs, de pratiques esclavagistes, plaintes à la police, coups et blessures, grève de la faim, procès et condamnations. Au delà de la mauvaise publicité à notre pays, désormais banalement cité parmi les Etats où l’esclavage a encore cours, au 21ème siècle, ces affaires posent un véritable problème qui nécessite une solution urgente. Il ne suffit pas, en effet, de promulguer une loi criminalisant les pratiques esclavagistes, encore faut-il l’appliquer. N’indexons pas Birame et ses amis: ils mènent un combat juste et ne veulent plus, à raison, qu’une communauté, quelle qu’elle soit, soit exploitée par une autre. Indexons, plutôt, la société, sa hiérarchisation, ses inégalités, le socle sur lequel elle est bâtie, mais ne stigmatisons pas la seule communauté maure ; toutes les autres, au même titre, sont coupables d’esclavage et d’exploitation de mineur(e)s. Accusons les pouvoirs publics de ne pas appliquer la loi et de ne pas prendre les mesures, courageuses, pour réunir les conditions d’une véritable intégration économique de toutes les couches défavorisées. Mettons les doigts sur les plaies dont souffrent les descendants d’esclaves et qui ont pour noms: carence en terres cultivables, par entretien quasiment institutionnalisé d’une féodalité anachronique; impossibilité d’accéder à l’école sinon ségrégation des résultats scolaires; enclavement, pauvreté, inaccessibilité des soins de santé.
Pourtant et aussi impensable que cela puisse paraître, le combat que mènent ces nouveaux anti-esclavagistes produit des effets secondaires qui risquent de pénaliser, d’abord, ceux pour lesquels il est mené. Des familles entières, qui vivaient aux crochets d’un (ou d’une) des leurs, employé(e) souvent mineur(e), se retrouvent prises au dépourvu. Certes, laisser employer, à plein-temps, ses enfants, pour quelques milliers d’ouguiyas par mois, relève de l’esclavage moderne mais ces laissés-pour-compte ont-ils le choix? En cette période difficile, un ou deux salaires, même de misère, ne sont pas jamais de trop pour joindre les deux bouts.
Dans quelles mesures et limites – il en faut – ne pourrait-on pas laisser, à ces mineur(e)s exploité(e)s, une certaine liberté de décision? En tenant compte de leur avis et de leurs besoins exprimés? En conditionnant, par exemple, l’emploi, à mi-temps, chez des particuliers, à un taux horaire convenable et au suivi régulier, l’autre mi-temps, d’une formation scolaire ou qualifiante? Dans une situation où des centaines de milliers de personnes vivent en situation de pauvreté ou d’extrême pauvreté, où la liberté de choix s’amenuise, au fur et à mesure qu’on descend dans l’échelle sociale, il s’agit moins d’interdire que d’ouvrir de nouvelles perspectives. Restreindre, certes, la liberté d’exploiter, n’importe comment, ceux qui n’en ont, pratiquement, aucune mais dans le but, concret et immédiat, de permettre, à ceux-ci, de conquérir plus de liberté, plus de capacité de choix. Ne dit-on pas que la liberté commence là où s’arrête celle des autres? Certains doivent, désormais et impérativement, le comprendre. Quant aux autres, ils doivent bien entendre que la vie est un choix.

Ahmed Ould Cheikh

Aucun commentaire:

Publier un commentaire